CALCUL IMC : CALCULEZ VOTRE POIDS IDÉAL

EN SAVOIR PLUS SUR L’IMC (INDICE DE MASSE CORPORELLE)

Comment le calculer et comment trouver votre poids de forme

CALCUL DE L'IMC
: DÉCOUVREZ VOTRE POIDS IDÉAL GRÂCE À l’INDICE DE MASSE CORPORELLE

Vous souhaitez connaître votre poids idéal ? L'indice de masse corporelle (IMC en français, BMI en anglais) peut vous aider à le calculer. Votre poids doit être divisé par votre taille au carré. Le rapport âge/poids a également son importance.
La formule pour trouver votre propre poids de forme est la suivante : (masse corporelle en kilogrammes)/(taille en mètres)²

CALCULEZ VOTRE IMC

L’indice de Masse corporelle, c’est quoi ?

L'IMC (ou BMI, en anglais Body Mass Index) indique le rapport entre votre poids et votre taille. En fonction du résultat de ce calcul et en fonction de l'âge et du sexe, notre calculateur d'IMC détermine une valeur qui vous indique exactement si vous avez un poids normal ou non. Le tableau IMC ci-contre contient une classification des différentes catégories de poids en fonction de l'âge et vous indique parfois une fourchette entre 2 catégories de poids. Par exemple, vous pourriez entrer dans la catégorie "poids normal" tout en ayant déjà tendance à "l'embonpoint" ou à "l'insuffisance pondérale". En fonction de votre constitution et de votre état de santé actuels, vous devrez peut-être prendre ou perdre du poids. Toutefois, en cas de valeurs extrêmes, consultez votre médecin pour identifier les mesures possibles à prendre et minimiser les risques pour votre santé. Vous trouverez plus d'informations sur les différentes catégories de poids dans les paragraphes suivants.


IMC HOMME

Âge Insuffisance pondérale Poids normal Surpoids Obésité Obésité importante
18-24 < 20 20-25 25-30 30-40 > 40
25-34 < 21 21-26 26-31 31-41 > 41
35-44 < 22 22-27 27-32 32-42 > 42
45-54 < 23 23-28 28-33 33-43 > 43
55-64 < 24 24-29 29-34 34-44 > 44
65+ < 25 25-30 30-35 35-45 > 45

IMC FEMME

Âge Insuffisance pondérale Poids normal Surpoids Obésité Obésité importante
18 - 24 < 19 19 - 24 24 - 29 29 - 39 > 39
25 - 34 < 20 20 - 25 25 - 30 30 - 40 > 40
35 – 44 < 21 21 - 26 26 - 31 31 - 41 > 41
45 - 54 < 22 22 - 27 27 - 32 32 - 42 > 42
55 - 64 < 23 23 - 28 28 - 33 33 - 43 > 43
65+ < 24 24 - 29 29 - 34 34 - 44 > 44

À NOTER : Les personnes très sportives ont souvent un indice de masse corporelle très élevé. C'est pourquoi il est préférable pour elles de ne pas se fier à ce tableau et d'effectuer une analyse de la graisse corporelle.


L’INTERPRETATION DE VOTRE IMC

Poids normal

Le poids normal est le poids naturel ou idéal d'une personne. Cela dépend aussi de l'âge et du sexe. Pour les femmes jeunes, il est souhaitable d'avoir un indice de masse corporelle compris entre 19 et 24, tandis que pour les hommes du même âge, l'IMC idéal se situe entre 20 et 25.

Ces fourchettes de valeurs indiquent que le poids et la taille sont en parfaite harmonie l'un avec l'autre. Ceux qui ont un poids normal ont probablement fait des choix corrects en termes de nutrition et de santé jusqu'à présent à moins qu’ils ne soient très gâtés par la nature. Une alimentation équilibrée et suffisamment d'exercice physique vous aideront à garder ce poids de forme.

Surpoids

Le terme de surpoids peut se référer à trois catégories : la surcharge pondérale (IMC compris entre 24 et 30 pour les femmes et entre 25 et 30 pour les hommes), l'adiposité (c'est-à-dire l'obésité, avec un IMC compris entre 30 et 40 pour les hommes et les femmes) et l'adiposité sévère (avec un IMC supérieur à 40 pour les hommes et les femmes). Si vous êtes en surpoids, vous devez consulter un médecin et un nutritionniste car il existe un risque de développer une maladie cardiovasculaire.

Pour avoir une idée plus précise de votre type de surcharge pondérale, vous analyserez, avec votre médecin, la composition de votre corps en termes de pourcentage de graisse corporelle, de masse musculaire et d'eau. A partir de là, vous fixerez des objectifs qui ne se concentrent pas nécessairement uniquement sur la diminution du poids corporel. Un outil particulièrement populaire pour mesurer vos progrès est le mètre de couturier. Au début de votre nouveau programme alimentaire, il mesure les points critiques : le ventre, la taille et le tour de poitrine. À intervalles réguliers, ou lorsque vous remarquez que vous flottez davantage dans vos vêtements, mesurez-les à nouveau.

A SAVOIR : les éventuelles fluctuations de poids dues à la rétention d'eau ou à votre cycle menstruel qui apparaîtraient sur votre balance comme des kilos en trop, ne doivent pas perturber votre humeur. Avec votre mètre, vous constaterez que vous continuerez à perdre des centimètres.

Insuffisance pondérale

Pour le corps humain, être en sous-poids est encore plus préoccupant que d’être en surpoids. Une femme est en sous-poids lorsque son IMC est inférieur à 19, alors que pour un homme, le seuil est de 20. Si vous êtes en sous-poids, vous devez également consulter un médecin pour obtenir des conseils diététiques. L'insuffisance pondérale peut être causée par plusieurs facteurs. Si cela est dû à une décision volontaire telle que le refus de la nourriture ou une carence alimentaire (anorexie) ou des vomissements provoqués (boulimie), nous vous conseillons vivement de consulter un médecin. Ces troubles alimentaires peuvent toucher aussi bien les hommes que les femmes, quel que soit leur âge. Dans de nombreuses situations, cela nécessite l'intervention de l'environnement social et de spécialistes afin de provoquer un changement de régime alimentaire et un suivi psychologique à long terme.

Parmi les autres causes de l'insuffisance pondérale, citons les maladies métaboliques telles que l'hyperthyroïdie ou le diabète, les parasites, les maladies intestinales inflammatoires comme la maladie de Crohn, les intolérances alimentaires ou les maladies du foie. Les facteurs psychiques, comme le stress, peuvent également entraîner un manque d'appétit et, par conséquent, une insuffisance pondérale.

Dans tous les cas, il faut veiller à avoir un régime alimentaire riche en graisses et en calories. Le sport et le renforcement de la masse musculaire peuvent également contribuer à augmenter le poids du corps.

Adiposité et adiposité sévère

L'adiposité est définie comme une obésité pathologique qui peut toucher les hommes, les femmes et les enfants, quelle que soit la classe sociale. Chez les hommes et les femmes, on parle d'adiposité lorsque l'IMC se situe entre 30 et 40 et d'adiposité grave lorsque l'IMC est supérieur à 40. Si vous obtenez une telle valeur, nous vous recommandons de prendre rendez-vous avec votre médecin de famille pour vérifier votre état de santé, votre tension artérielle et pour faire un bilan sanguin. Les maladies cardiovasculaires sont souvent associées à un IMC élevé. Dans ce cas, la répartition de la graisse corporelle joue également un rôle clé. Chez les personnes ayant une morphologie de "pomme", la plupart des réserves de graisse sont déposées dans la région abdominale et donc aussi autour des organes internes. Elles sont donc plus exposées aux risques de maladies cardiovasculaires. Les personnes ayant une morphologie de "poire", où les dépôts de graisse s'accumulent généralement sur les hanches et les cuisses, sont moins à risque.

Si le corps ingère trop de calories, c'est-à-dire plus que ce qu'il a besoin de consommer, le surplus se transforme en graisse. De ce fait, au fil du temps, des kilos supplémentaires s'accumulent. Les maladies métaboliques, telles que l'hypothyroïdie ou le diabète, ainsi que les changements hormonaux pendant la grossesse ou la ménopause, sont d'autres raisons expliquant une prise de poids aussi élevée.

Si vous souffrez d'adiposité ou d’adiposité sévère, il est absolument nécessaire que vous réduisiez votre poids corporel. Non seulement votre système musculo-squelettique s'en trouvera allégé, mais chaque kilo en moins vous permettra de réduire le risque de maladie cardiovasculaire, de diabète, de goutte, de crise cardiaque ou d'accident vasculaire cérébral.


CALCUL DE L’IMC : LES CAS PARTICULIERS

  • Les valeurs de référence indiquées dans cet article s’appliquent aux hommes et femmes adultes. L’indice de masse corporelle ne s’interprète en effet pas de la même façon chez les enfants et les adolescents, bien que la formule de calcul reste inchangée en ce qui les concerne ; il faut se référer aux courbes de corpulence indiquées dans le carnet de santé.
  • Si la personne est particulièrement sportive et athlétique, elle peut obtenir un IMC élevé sans pour autant qu’il y ait un quelconque excès en graisse. Le résultat du calcul sera alors biaisé et moins parlant.
  • La formule classique de calcul de l’IMC n’est pas adaptée en cas de grossesse.

L’IMC EN FRANCE

L’indice de masse corporelle moyen varie grandement d’un pays à l’autre. Ces écarts sont liés à plusieurs facteurs tels que les habitudes alimentaires, la régularité des activités physiques et les normes corporelles.

La France fait plutôt partie des pays présentant un IMC moyen modéré. Selon l’Étude nationale nutrition santé (ENNS)*, l’IMC moyen des français était de 25,6 kg/m2 en 2006, puis de 25,8 kg/m2 en 2015, ce qui ne représente pas une évolution significative.

L’obésité demeure cependant un problème de santé publique important en France. Conformément à la tendance mondiale, le taux d’obésité (17% de la population adulte**) a en effet nettement augmenté depuis le milieu des années 1980. Un point positif toutefois : depuis 2012, l’augmentation par an est de 0,5% environ, alors qu’elle était de 5% en 2003.

Les hommes, toujours en France, ont un IMC moyen légèrement supérieur à celui des femmes (entre 23 et 24 pour les femmes ; entre 25 et 26 pour les hommes). Cette différence est en partie liée au fait que les femmes subissent une plus forte « pression de la minceur » que les hommes. Une tendance qui n’a pas toujours été vraie : il suffit de regarder de nombreuses toiles peintes au 17ème et 18ème siècle, par exemple, pour s’en convaincre ! La tendance actuelle pourrait donc tout à fait évoluer au cours des décennies à venir et avec elle, l’écart entre l’IMC moyen des femmes et des hommes en France.

* https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/diabete/articles/enns-etude-nationale-nutrition-sante
** https://solidarites-sante.gouv.fr/systeme-de-sante-et-medico-social/strategie-nationale-de-sante/priorite-prevention-rester-en-bonne-sante-tout-au-long-de-sa-vie-11031/priorite-prevention-les-mesures-phares-detaillees/article/obesite-prevention-et-prise-en-charge

VOUS POURRIEZ ÉGALEMENT ÊTRE INTÉRESSÉ(E) PAR NOS ARTICLES

COMBATTRE LA CELLULITE

LA GUERRE CONTRE LA PEAU D’ORANGE

DES FESSES FERMES