Juarez et Heloisa

Histoire d'amour

Pour Juarez 22 ans et Heloisa 19 ans, ça a été le coup de foudre quand ils se sont rencontrés dans la rue principale de São João del Rey, au Brésil. Cela fait maintenant plus de 54 ans qu'ils vivent heureux ensemble. Quel est leur secret ? Et qu'arrivent-ils à ceux qui vieillissent seuls ?

« Je l'appelle Amor. Et maintenant tout le monde l'appelle Amor aussi. »

Heloisa

L'amour toujours

Le couple a 5 enfants, 18 petits-enfants et 13 arrière-petits-enfants. Le monde a énormément changé au cours de 50 dernières années. Mais pour Juarez et Heloisa, une chose reste inchangée : « Nous aimons toujours nous toucher, nous faire des câlins. Je n’appelle jamais Juarez par son nom. « Je l’appelle Amor, mon Amour. Et maintenant tout notre entourage l’appelle Amor aussi. » Pour le couple, les gestes tendres, les caresses et les câlins sont des signes d'amour et de réconfort. Pourtant tous deux ont grandi sans recevoir beaucoup de marques démonstratives d'affection. Leurs propres parents ne se prenaient jamais par le main.

« Le contact physique quand il est consenti et sain bien-sûr n'a rien de trivial. Nous devrions oser davantage aller vers nos proches pour leur montrer notre affection. »

Prof. Dr. Martin Grunwald

Spécialiste en psychologie expérimentale

Le contact humain peut sauver des vies

Pourquoi le toucher est-il si important dans un couple ? Une des réponses possibles est qu’il exprime la gentillesse. Les recherches ont montré que la gentillesse est le facteur le plus important pour un mariage stable et heureux. La gentillesse permet à chacun des partenaires de se sentir pris en considération, compris, accepté, aimé donc. Les gestes physiques d'affection requièrent de l’attention et créent un lien émotionnel. À l’opposé, la négligence crée de la distance entre les partenaires et peut faire naître un ressentiment chez celui ou celle qui se sent ignoré(e).

 

L'importance majeure du contact

Une relation durable favorise également une meilleure santé. Encore une fois, le contact physique joue un rôle essentiel : il aide à réduire une pression artérielle élevée, à diminuer l'anxiété et peut contribuer à lutter contre les troubles du rythme cardiaque, les symptômes de dépression et la douleur.

Vivre sans aucun contact

Malheureusement, il est de plus en plus rare de vieillir à deux et heureux en couple comme Heloisa et Juarez. Les personnes entre 50 et 69 ans sont plus nombreuses que les autres à vivre seules ou dans des foyers plus petits. Il y a de nombreuses raisons à cela : la réduction du « noyau familial » au cours des dernières décennies, la baisse du nombre de mariages et une plus longue espérance de vie dans le monde entier. L’étude menée par NIVEA a permis d'établir que les personnes âgées de 50 à 69 ans (Groupe le plus âgé observé) étaient celles qui rapportaient avoir le moins de contacts physiques au quotidien. Cela se traduit par moins de petits gestes tendres ou amicaux en parlant, moins d’embrassades ou moins de câlins. Or il a été prouvé que le manque de contacts génère plus de stress, d’anxiété, de dépression et affaiblit l'immunité. Considérant ces risques accrus dus à la solitude et aux problèmes de santé liés à l’âge, on peut affirmer que les personnes les plus âgées ont davantage besoin de contact physique.

 

« La sensation de solitude entraîne un niveau élevé de Cortisol, l'hormone du stress. La solitude peut donc changer le schéma épigénétique des individus. »

Richard M. Lerner

professeur en développement humain

Les 50+ privés de contact physique

L’enquête que nous avons menée dans le monde entier révèle que les personnes âgées de 50 à 69 ans sont celles qui souffrent le plus du manque de contacts physiques.

affirme ne pas avoir de contact physique quotidien

souffrent d'un manque de contact physique et souhaitent que cela change après la crise

ont réalisé durant cette période d'isolement combien le contact physique était important pour leur santé.

se sentent seules lorsqu'elles sont privées de contact humain

affirment s'être senties plus seules que jamais durant le confinement

déclarent s’être senties seules en raison du manque de contacts physiques, malgré des contacts sur les réseaux sociaux.